Mon expérience de la cryothéraphie

Mon expérience de la cryothéraphie

Agathe, happy rédactrice du blog, vous raconte dans cet article ce qu’est la cryothérapie et comment elle l’a vécu !


Cryothérapie : de quoi il s’agit ?

La cryothérapie est une thérapie d’immersion du corps dans le froid sec à très basses températures (entre -110°C et -170°C) pendant une durée comprise entre 1min30 et 3 min. Le choc thermique est à la base des effets cliniques de la cryothérapie.

Il stimule le corps humain de façon à déclencher les réflexes de lutte contre le froid extrême.

Il s’en suit une série de réactions physiologiques en cascade avec pour conséquences principales :
– accélération de la réparation tissulaire
– amélioration du flux sanguin
– réaction hormonale
– stimulation du collagène

Il existe plusieurs types de cabines. La cryothérapie corps entier : c’est une cabine où le corps est intégralement exposé au froid, y compris la tête. La cryothérapie corps partiel : le corps est dans un cylindre, la tête à l’extérieur.

Il est préférable de choisir la cryothérapie corps entier, tout simplement parcequ’un grand nombre de capteurs se trouve au niveau du visage et notamment des yeux. Le cerveau reçoit alors les messages directement et génère les réactions physiologiques.

Les biens faits de la cryothérapie

Dans le cadre du sport, la Cryothérapie Corps Entier permet de détendre les muscles suite à des efforts intenses. Le processus accélère l’élimination des déchets musculaires et favorise la circulation sanguine. Le froid est antalgique et possède des vertus anti-inflammatoires, il va donc aider à soulager les douleurs liées à une pathologie ou à la pratique d’une activité physique (tendinites, claquages musculaires, hématomes).

La cryothérapie booste le système immunitaire et favorise la sécrétion d’endorphines, ce qui permet d’obtenir une préparation et une récupération optimales avant et/ou après une compétition sportive ou un marathon par exemple.

Grâce à son action sur le système nerveux, elle permet également de traiter les troubles du sommeil, d’atténuer la fatigue ou le stress.

La cryothérapie permet :
– Le traitement des pathologies musculaires et inflammatoires (Entorses, Coups, Contusions musculaires, Cicatrisation, Lésions musculaires, Effet analgésique, anti-inflammatoire, anti-œdémateux, Tendinites limite les dommages tissulaires)
– La récupération et l’amélioration de la performance et prévention (Récupération musculaire, Récupération fonctionnelle, Gain d’amplitude, Préparation physique aux surentraînements, Amélioration de la résistance aux infections).
– Amélioration de la rééducation du sportif blessé, en phase de renforcement et/ou de réathlétisation.

La cryothérapie permet une optimisation de la récupération, de la performance, des soins et d’augmenter la capacité d’entrainement.

Déroulement d’une séance

Avant la séance, il faut être vigilant au contre indications médicales comme une tension artérielle trop élevée, maladies rénales ou encore une grossesse. Il est important de faire le point avec le centre en amont.

Sur place, on revêt l’équipement nécessaire : des chaussettes, des gants, un bandeau, ainsi qu’un masque pour protéger les extrémités.
On entre dans une cabine individuelle déjà refroidie à -110°C au minimum et pendant 3 minutes. Il y a toujours une personne habilitée présente pour surveiller que tout se déroule convenablement. Le contact visuel est permanent en cas de problème.

À tout moment une simple pression contre la porte permet de se libérer. Afin de rendre la séance agréable, il y a même de la musique dans la cabine. Au bout des 3 minutes, on nous libère enfin. La réaction du corps est immédiate avec la chair de poule sur la peau. Il faut quelques minutes pour se réchauffer.

Le coût d’une séance est de 35€ chez Cryorecup.

Mon expérience de la cryothérapie

Dans le cadre de ma préparation pour un marathon, j’ai fait le choix d’être suivie physiquement, mentalement et médicalement. La récupération étant un sujet important, j’ai inclus 2 séances de cryothérapie par mois chez Cryorecup. Après 4 séances, je commence à voir les différentes facettes de cette pratique.

La première fois j’avais beaucoup d’appréhension d’être enfermée dans une cabine. J’avais l’impression que mon cœur se contracté avec le froid. J’ai donc essayé de réguler le plus possible ma respiration et de ne pas paniquer. Les tremblements sont arrivés que vers la fin. Il faut savoir que chaque personne est différente et que les réactions ne sont pas les mêmes pour tout le monde. Dans mon cas je n’ai pas eu de coup de fatigue à la suite de la séance et je n’ai pas ressenti de bénéfices sur le sommeil.

Au fur et à mesure des séances, le corps s’habitue. Je n’ai plus aucune appréhension et je ne tremble même plus ! J’ai aussi testé les séances à des moments différents : après un gros training, la veille d’une journée off, le midi, le soir… Ce qui me permet d’optimiser encore plus les biens faits.

C’est aussi un bon moyen de révéler l’état général du corps. En effet j’ai pu constater d’importantes réactions à la suite d’une séance en étant en fatigue physique et mentale. Avec notamment de gros tremblements dès le début, la difficulté à me réchauffer ensuite et mes jambes qui ont littéralement changé de couleurs. Les symptômes se sont vite estompés, mais ça m’a permis de me rendre compte que c’est aussi un bon indicateur de santé et de prévention pour éviter les blessures. Si la séance se passe difficilement c’est que j’ai besoin de levier le pied et qu’il faut adapter le planning d’entraînement.

Je suis persuadée que ce sera un allié indispensable à ma préparation !

1 Commentaire
  • MURAT Laurent
    Publié à 21:42h, 04 mars Répondre

    Merci beaucoup Agathe pour ce résumé. C’est vrai que je connais cela et je fais une séance généralement dès que je pratique une compétition d’une distance d’un semi marathon minimum par exemple.

Poster un commentaire