10kms et Marathon de Venise

Durant le week-end du 27 et 28 octobre 2018, nos happy runners chanceux ont pu découvrir Venise grâce à Thello Train et participer au Marathon de Venise : 10km ou 42,195km au menu pour nos champions !


Le petit mot de Charlotte, 10kms

Le voyage de nuit s’est bien passé. Le train couchette était confortable. Je ne m’attendais pas à ça. Nous avons visité Venise le samedi. C’est magnifique !

La course, au sein du Marathon de Venise, avec ce mauvais temps et ces inondations, était vraiment atypique ce qui l’a rendue encore plus fun ! Ce weekend était génial ! L’occasion de partager une passion commune avec des gens venant de différents coins de la France et avec différentes orientations professionnelles.

Le « petit » mot de Louise, marathon

Ce fut encore un weekend HappyRunningCrew comme je les aime !

Le voyage de nuit jusqu’à Mestre (une petite ville située à côté de Venise où nous avions notre airbnb) s’est très bien passé. Malgré nos appréhensions, nous avions pour nous deux cabine-couchette très confortables et nous avons plutôt bien dormi. Ce trajet a permis de faire la connaissance de tout le monde car nous ne nous connaissions pas tous. Un peu tassés quoi que bien excités, à l’idée de ce weekend sportif à l’étranger, nous avons beaucoup discuté et rigolé tout au long de la soirée. C’était un peu comme partir en colonie de Vacances !!

Rapide installation !

Nous sommes arrivés à Mestre aux environs de 10h. Le temps de déposer nos valises à l’appartement que Thello nous avait réservé pour le weekend, nous sommes ensuite partis chercher nos dossards : 10kms pour certains, Marathon pour d’autres !! Une fois que tout le monde l’eût récupéré, nous avions décidé de passer le reste de la journée à nous balader dans Venise.

Nous avions très faim et le débat « pâtes ou pizza » nous a tenu en haleine toute la matinée ! Nous n’avons pas cherché longtemps avant de trouver un restaurant qui pourrait nous convenir. Une fois rassasiés, nous nous sommes baladés dans les rues de Venise. C’est tellement joli ! J’y étais venus il y 9 ans avec ma sœur et je dois dire que le « spectacle » est toujours à couper le souffle !! Des petites rues étroites, des maisons colorées, des ponts magnifiques… Venise restera une ville magnifique qu’il faut aller visiter ! Nous avons eu de la chance car il n’a pas plu le samedi.

Nous avons donc pu profiter de la ville, de ses cafés et de ses glaces au maximum 😉 Le soir, nous avions décidé de ne pas rentrer trop tard et de nous préparer nous même des pâtes que l’on mangerait à l’appartement. Un repas convivial des plus agréables. Nous nous sommes couchés relativement de bonne heure pour être en forme le lendemain.

Un réveil un peu compliqué : départ pour le Marathon de Venise

Dimanche matin, le réveil s’est bien fait sentir… Nous étions tous fatigués mais prêts à en découdre ! Nous nous sommes préparés rapidement, puis nous avons petit-déjeuné. Les 10kms sont partis un peu avant nous. Leur départ était à 8h30. Nous nous sommes rendus aux navettes. 30 minutes de bus où nous avons fait presque chemin inverse du marathon, pas génial… Il s’est mis à pleuvoir et nous nous sommes dirigés vers notre sas de départ sous la pluie. Par chance, celle-ci à cesser rapidement et nous avons pu prendre le départ presque au sec 😉

Départ officiel 9h30, départ réel 9h27, première fois que cela nous arrive ! Ils sont ponctuels ces italiens ! Je dois dire que les kilomètres s’enchaînent rapidement. Nous courons tous les 4 : Margot, Emilie, Clément et moi. On discute beaucoup et je dois très souvent dire à Emilie de ralentir. C’est son premier marathon et elle ne veut pas trop se griller sur le début. Discuter permet de la ralentir un peu, c’est idéal, surtout qu’elle a l’air super douée la p’tite ! 😉

Vers le 15ème kilomètre, nous perdons Margot de vue. Celle-ci s’est arrêtée pour refaire ses lacets. Il est prévu qu’elle nous rattrape tranquillement. Au 20ème, comme je ne la vois toujours pas, je décide de laisser Clément et Emilie continuer et d’aller chercher Margot. Un marathon toute seule, ce n’est vraiment pas drôle et il est donc hors de question que Margot reste seule ! Je la retrouve 3 minutes après avoir laissé les autres. Elle était juste derrière. Elle me dit qu’elle s’est tordue la cheville et qu’elle a un peu mal. Je la rassure, on essaye de rattraper les autres, en vain… du coup, on décide de ralentir un peu et de continuer ce marathon à son allure.

 

Marathon papotage ?

On discute beaucoup et les kilomètres là encore, s’enchaînent assez rapidement. On passe le 33ème kilomètre et nous voilà sur le pont qui relie Mestre à Venise. Un interminable pont d’environ 4,5kms où le déluge nous est tombé dessus : bourrasques de vent, pluie et même grêlons ! Impossible de courir par ce temps, d’autant plus que la cheville de Margot et son dos la font souffrir. Ce n’est pas grave, elle me dit qu’elle en a marre, je lui dis que moi aussi, mais que dans tous les cas, ce marathon on le finira. En terme de météo, j’ai rarement connu pire et je dois dire que psychologiquement, c’était très dur, long et dur !

On arrive enfin dans Venise, on pensait être au calme, à l’abri de toute météo et finir ces derniers kilomètres tranquillement. Là encore, on n’avait (presque) pas prévu les inondations. De l’eau glacée jusqu’aux genoux ! Moi, j’étais trop contente, telle une enfant au moment de Noël ! C’était vraiment impressionnant ! On a fini les kilomètres les pieds dans l’eau donc en essayant tant bien que mal de courir car on commençait à en avoir marre, vraiment… Les 100 derniers mètres se sont fait en sprint et nous avons passé la ligne d’arrivée ensemble ! Elle l’a fait son deuxième marathon, elle l’a fait !

Le reste de la journée et du séjour se sont enchaînés rapidement. Nous avons rejoint les autres, beaux et fiers marathoniens qu’ils étaient et puis nous sommes rentrés à l’appartement. Nous y avons retrouvés les autres, échangés quelques mots. Il était déjà l’heure de partir donc une douche rapide, un restau bien mérité et nous sommes montés dans le train direction Paris.

Je voulais remercier Thello, la compagnie de train, sans qui ce séjour n’aurait jamais eu lieu. Margot qui a tout parfaitement bien organisé et qui m’a supportée pendant ce sixième marathon. Le HappyRunningCrew car encore une fois, j’ai vécu quelque chose de génial grâce à lui et les copains qui ont été formidables !

 

Le petit mot de Margot, marathon

Travaillant comme chef de projet digital chez Thello, j’ai trouvé que cela pourrait être super cool d’offrir des dossards aux membres de l’HRC pour venir passer un week-end à Venise, alliant ainsi escapade en Italie, run et fun.

C’est en préparant ce beau projet que j’ai décidé de courir mon deuxième marathon au Marathon de Venise avec les copains de l’Happy Running  Crew et aux couleurs de Thello. Notre petit week-end commence en compartiment 4 personnes du train de nuit Thello Paris-Venise. Après un dîner en mode pique-nique prepa marathon oblige 😉 et une bonne partie de carte direction le lit pour se réveiller à Venise.

Enfin arrivés !

Arrivée à Venise Mestre, nous récupérons notre Airbnb et après une bonne douche nous commençons notre aventure dans Venise! Après avoir récupéré les dossards, on fait le plein de carburants en savourant une bonne pizza ou de bonnes pâtes, on se perd dans la ville et on se réchauffe avec un bon cappuccino avant de terminer la journée par une bonne pasta party !

Dimanche matin c’est le jour J, Venise sera à nos pieds ! Vers 7h du matin les équipes se séparent les 10 km se dirigent vers leur départ et les futurs marathoniens montent dans le bus pour rejoindre Stra départ du marathon.
9:37 on passe la ligne de départ accompagnée de Clement, Emilie et Louise je m’élance et cours comme une gazelle.

Au niveau du 15eme km je m’arrête pour resserrer mes chaussures et essaie de rejoindre mes amis marathoniens ! Je les perds de vue et me tords la cheville au km17… alors que tout se passait bien, que physiquement j’étais au top de ma forme mon moral commence à descendre!

Je me motive et me dit que je vais les rattraper que comme promis nous passerons la ligne d’arrivée ensemble et surtout le pont de la liberté (ligne droite de 5 km) ensemble.

Soudées entre happy runneuses !

Alors que je sais que je ne suis pas loin derrière eux, Louise fait demi tour pour me récupérer et courir avec moi. En effet nous étions à genre 300 m les uns des autres ! Ce n’est rien mais avec la douleur de ma cheville nous n’avons jamais réussi à rattraper Emilie et Clément. C’est donc en papotant que Louise et moi avons bravé la pluie, les rafales de vent de 40 km/h, la grêle et le pont de la liberté interminable! Une fois cette grosse partie terminée et alors que nous étions à 3 km de la fin nous voilà enfin dans Venise ! Nous savions que la ville était infondée mais nous n’imaginions pas nous retrouver avec de l’eau jusqu’aux genoux!

Louise était comme une enfant à sauter dans les flaques ! Nous avons terminé ce marathon trempées avec un bon sprint final et que de bons souvenirs.

Je savais que faire un marathon était le surpassement de soi même. Jamais je n’aurait imaginé que le marathon de Venise serait un double surpassement de moi même ! Merci à l’Happy Running Crew et à Thello pour ce moment inoubliable !

Le petit mot d’Emilie, marathon

Ça y est, nous y sommes, nous sommes vendredi soir et je m’apprête à rejoindre la team du Happy Running Crew pour partager un weekend à Venise et par la même occasion courir mon premier marathon ! Nous embarquons donc à bord d’un train de nuit Thello et arrivons le lendemain matin après une nuit en couchette !

Arrivés à Venise nous découvrons le airbnb grand luxe que nous a réservé Thello : de quoi loger hyper confortablement notre joyeuse brochette de 10 personnes ! C’est sans plus attendre que nous allons récupérer nos dossards : 10 km ou marathon, chacun y trouve son compte. La pression commence à monter mais les bons conseils de chacun me permettent de me détendre. L’après-midi nous découvrons les joyaux de la cité vénitienne. Pont des soupirs, place saint marc, pont du Rialto, et goutons les quelques spécialités de la région.

Une fois rentrés au airbnb, il est l’heure de la pasta party (quoi de mieux qu’une veille de course en Italie ?), et des racepacks pour être sûrs de ne rien oublier car le réveil est à 5h30 le lendemain !

C’est le grand jour !

C’est le D-DAY ! Il est 5h30 et nous sommes tous au pied de guerre prêt à petit déjeuner et être sûrs que tout soit en ordre avant le départ.

Nous souhaitons une superbe course à toute l’équipe du 10 km qui prend le départ à 8h30 et rejoignons ensuite Stra, départ de pour le marathon.

9h30, et c’est parti ! Nous enchainons les kilomètres, maintenus au bon rythme grâce à mes bonnes étoiles qui m’encouragent et me soutiennent plus de jamais. Aucune pluie, des sourires et des encouragements dans chaque village, des groupes de musique plus déchainés les uns que les autres. L’ambiance et au top! Nous passons le semi puis le 30ème kilomètre sans trop de difficultés, puis arrivés au 33,5km nous attaquons le pont de la liberté.. Un long calvaire de 4km exposé en plein vent qui rejoint l’ile de Venise. ça commence à être difficile pour moi ! Finalement nous arrivons à nous en sortir et reprenons un bon rythme !

Nous sommes enfin sur l’ile de Venise et passons le 39ème kilomètre. C’est là que nous découvrons que la ville a été inondée. Nous devrons finir cette course les pieds (voire les genoux) dans l’eau. C’est un choc sur le moment mais finalement, nous sommes tous impressionnés et nous nous serrons les coudes. On aperçoit la place Saint Marc totalement sous l’eau elle aussi. Nous enchainons les fameux 14 ponts tout au long des quais vénitiens plus ou moins submergés.

La voilà, la ligne d’arrivée 4h50 plus tard ! C’est beaucoup d’émotions !

Je suis surtout très fière d’avoir fini malgré les conditions, et pleine de gratitude envers les copains qui m’ont tellement soutenue et aidée !

Un immense merci à Thello pour l’organisation de ce séjour ! Nos happy runners se sont surpassés grâce à vous. A très vite pour une nouvelle aventure Thello Train !

Pas de commentaire

Poster un commentaire