Marathon des Forts du Périgord

Il y a tout juste une semaine, le dimanche 18 mars, je courrais mon premier marathon : le Marathon des Forts du Périgord. 5ème édition, la plus hard parait-il. 43km (+2 en cadeau annoncés au dernier ravito) et 1400 mètres de dénivelé positif.


Bon la vérité c’est que je n’ai pas trop réfléchi. Une amie me propose cette course fin d’année 2017, moi qui voulais tenter un marathon. Comme j’avais peur de m’ennuyer sur la route, je me suis dit que commencer par une course nature ce serait surement plus fun, et parait-il que c’est magnifique le Périgord, alors au pire je ferais la touriste. Départ au coeur du Périgord Noir Montignac-Lascaux via Valojoulx, Saint Léon sur Vézère, Fanlac… à la découverte de la Vallée de l’Homme !

Plusieurs formats proposés

Petit récapitulatif des différents parcours proposés : un tracé de 45 km comportant 1400mD+ pour les coureurs (38€), un tracé de 15km (340mD+) pour les marcheurs (12€) et deux circuits de 45 (1100mD+) et 65 km (+500mD+) pour les vététistes (13€). Près de 85% de chemins. Les coureurs pouvaient partir en solo, en relais à 2 ou à 4. A noter que c’est la seule course nature qui change de territoire et de parcours chaque année, comme ça on peut recommencer tous les ans (ou pas) !

2 mois de prépa plus tard, l’objectif était simple pour moi, je voulais finir ce marathon dans la limite des 7 heures autorisées et sans (trop) souffrir.

Et ça commence bien sur la ligne de départ, il se met à pleuvoir, il fait froid, je me dis que ça va être long… mais on garde le sourire, on est heureux d’être là tous autant que nous sommes d’ailleurs (plus de 2000 participants tout confondu), les VTT ont déjà ouvert la voie, c’est maintenant à nous les coureurs, et les marcheurs suivront. 9h20 donc, on s’élance dans la boue et la bonne humeur !

C’est parti pour le Marathon des Forts !

Je suis avec Lucie et Sandrine (déjà marathoniennes) et Bruno pour qui c’est aussi son 1er marathon. Les premiers kilomètres on ne réfléchit pas, c’est dimanche matin la sortie longue, avec un peu plus de boue et de dénivelé que d’habitude mais on rigole, les gens sont sympas et on avance. Malheureusement au 1er ravito (km13) avec Lucie on attend… mauvaise nouvelle Sandrine s’est blessée au pied, elle restera donc à l’arrière avec Bruno et nous encourage à partir devant.

La pression monte, mais je m’accroche à Lulu, c’est son 1er trail aussi long et aussi compliqué et l’objectif c’est les 6h et moins alors on y va ensemble. Il ne pleut plus, on court, on est prend plein la vue, on rencontre Franklin qui court avec une carapace de plus de 3kg pour une belle association… et on avance, je regarde ma montre 2h00 déjà! Petite frayeur quelques minutes plus tard, km20, de vilaines crampes aux mollets qui essayent de s’installer, une pause s’impose, pipi étirements et je repars, le soleil est même de la partie !

Passage les deux pieds dans l’eau, encore de la boue. Ça monte c’est dur mais qu’est-ce qu’on rit, on reculerait presque à la montée mais on vole à la descente. On relâche et on repart. Tout le long du parcours on croise des bénévoles adorables mais aussi des coureurs motivés et dans le partage, qu’elle est belle l’ambiance trail !

Me voilà dans l’inconnu… Record de distance battu !

On arrive au 2ème ravito au km23, j’ai déjà battu mon record en temps et en kilomètres. On y va en totale impro, les jambes sont là et le sourire surtout ! J’appréhende l’arrivée des 30kms alors je n’oublie pas de boire beaucoup, je mange un abricot sec à chaque km (il vaut mieux prévenir que guérir). Mon corps va bien.

Je passe enfin les 30 mais je sens que je commence à faiblir, pas en motivation non car je prends toujours beaucoup de plaisir. Mes vilaines crampes aux mollets ne me lâchent pas, j’attends le dernier ravito avec impatience.

Il était prévu au km34, mes gourdes sont vides, mais Lulu me rassure les kms sont souvent approximatifs sur ce genre de parcours… km37 il est là, dernière étape en vue. On nous annonce encore 8kms, ce sera donc un marathon de 45km et non pas 43 (bon à ce stade on n’est plus à 2 près ahah). Les derniers kms sont durs. C’est avec le coeur qu’on les finit, car oui on a mal un peu partout. Le dénivelé ne faiblit pas mais on arrive à relancer et avancer, c’est le mot d’ordre pour passer le timecap. On s’encourage les uns les autres sur le parcours, on s’entraide. C’est ça aussi la beauté de cette course.

La ligne d’arrivée est proche !

Et voilà qu’on nous annonce les 500 derniers mètres, et je vous avoue que je me surprends à penser « déjà? » c’est passé si vite. Ça y est on vole, on ne nous arrête plus, on est dans les temps 6 heures d’efforts et on va chercher la médaille! Une émotion indescriptible, des encouragements jusqu’aux derniers mètres, et la larme bien sûr. Je suis marathonienne, je crois qu’il vaut le vivre pour le comprendre.

Franklin arrive aussi quelques minutes après nous, quel plaisir de le voir passer cette ligne après autant d’efforts. Sa carapace sur le dos et son costume beaucoup trop chaud, c’est pour une si belle cause. Finalement, on reconnait les copains qui arrivent tout juste avant les 7 heures et avec le sourire. Ils l’ont fait dans la douleur mais la médaille est aussi belle!

Pour résumé, des souvenirs pleins la tête (et les téléphones) car oui quand même on prend le temps de savourer sur ce genre de parcours. On a déjà prévu de re- signer pour l’année prochaine, ce marathon est juste génial et à tout petit prix, avec une ambiance incroyable. Ah et je réfléchis maintenant à mon prochain marathon, 100% route je crois…

Communauté de running, pour ceux qui courent par plaisir et avec le sourire !

Pas de commentaire

Poster un commentaire