Trail du Haut-Koenigsbourg en Alsace

Bienvenue en Alsace ! Anne, Pauline et Christelle ont participé au Trail du Haut-Koenigsbourg, en Alsace.

Le 1er week-end de septembre se tiennent l’évènement Trail du Haut-Koenigsbourg depuis 2011 :

  • l’Ultra Trail de 108km et 4550m D+
  • le Grand Trail de 54km et 1900m D+
  • le Trail du Haut-Koenigsbourg de 25km et 900m D+
  • le Trail du Hahnenberg de 13km et 350m D+

Nos Happy Traileuses nous racontent leur course !

Anne, son premier trail de 13km

Dimanche 3 Septembre, je participais à mon premier vrai trail. J’avais déjà expérimenté une course de nature mais jamais tenté une course trail. Après avoir hésité à m’inscrire sur le 25 km, je me suis décidée à tenter l’expérience sur le mini-trail soit 13 km dans nos Vosges alsaciennes.

Alors voilà, 8h j’arrive à Kintzheim et là, en étant en bas du village, je me suis vraiment demandée ce que je faisais là. Mais pourquoi avais-je commis la folie de m’inscrire ? J’ai eu une pensée pour les coureurs du 108, 54 et 25km qui étaient déjà en train de courir. Les températures remontant (9° à 8h, ça piquait un peu), le soleil s’intensifiant. J’ai commencé à avoir des fourmis dans les jambes et une grande envie d’aller me défouler là-haut.

8h45 – le briefing

9h00 – le départ est lancé !

Et quitte à bien démarrer, on monte. Pas longtemps mais de quoi se mettre en jambes. Faux plat à travers les vignes, on dépasse le clocher de Châtenois et hop hop hop, c’est parti pour 4km de grimpette. 1er ravitaillement… de l’eau, oui de l’eau ! Parce que mine de rien, même à petit rythme cardio (je me suis fixée 170 bpm max pour grimper) il commence à faire chaud. Et on repart !

Ça bouchonne dès le départ

1,5 km plus tard, arrêt embouteillage. Le sentier s’est réduit de taille, petit sentier de rands. On passe en file indienne et tout le monde grimpe en marchant (finalement ça permet aussi de récupérer, même à marche rapide).

7e km : on est en haut du col d’Hahnenberg. La vue sur la vallée est magnifique mais voilà, il faut redescendre !!!!

On apprécie avoir acheté une paire de runnning trail. Je dévale la pente en faisant attention où je pose mes pieds car entre pierres et racines, ce n’est pas le moment d’aller se faire une entorse. On passe la Volerie des Aigles, la porte est gardée par ces 2 aigles royaux. Mine de rien, avant la descente finale, ça requinque ces 2 globes jaunes qui te regardent. Voici la dernière ligne droite qui se profile. Panneau « Arrivée 400 mètres » qui se profile. Je lance une dernière fois les jambes et je passe la ligne d’arrivée après 1h30 de course.

Peut mieux faire certainement mais c’était mon objectif en fait donc je suis plutôt satisfaite. Très bonne ambiance et cette course m’a juste donné envie de recommencer… donc objectif 2018 : le Trail du Haut-Koenigsbourg cette fois-ci, le 25 km !!!! Déjà hâte !!!

Pauline, sur le format 25km

À une époque pas très lointaine, j’avais beaucoup de mal à imaginer qu’on puisse préférer se lever tôt le dimanche. Et la une grasse matinée ? Je me suis retrouvée à programmer mon réveil pour 6h ce dimanche 3 septembre pour aller courir le Trail du Haut-Koenigsbourg.

25km, 900 D+ qui m’attendent alors que je n’ai jamais couru plus de 15km et que je m’entraîne presque uniquement à Strasbourg, et Strasbourg, c’est plat !

J’arrive pile à l’heure sur la ligne de départ après avoir mis un peu de temps à récupérer le dossard. J’ai cherché en vain des toilettes où il n’y avait pas de file. Du coup je rate le RDV qu’on s’était fixé avec Christelle. On se retrouvera à l’arrivée.

Le départ du Trail du Haut-Koenigsbourg !

8h, le départ est donné, un seul objectif : finir la course, ce qui implique de passer dans les temps à la barrière horaire du 15ème km. J’avais fait il y a quelques semaines la reconnaissance du 13km, donc je connais le début et la fin du parcours. Je me sens très bien dès les premiers mètres, du coup je me fixe des petits objectifs au fil de la course.

  • Ne pas marcher avant d’arriver en forêt : OK
  • Arriver en haut de la première montée en une heure : OK (à la minute près !)

Le premier ravitaillement arrive, petite pause et c’est parti pour « LA » montée vers le château. Le début n’est pas trop raide, j’alterne marche et course, la mi-course arrive, il me reste 40 minutes pour arriver au 15ème km, je me dis que c’est bon mais le chemin devient très raide. Sur le dernier km, je me fais rattraper par un père et son fils qui ont raté le départ et sont partis 30minutes plus tard que nous. Le papa m’accompagne et m’encourage jusqu’au point de contrôle, 2h20 de course, objectif barrière horaire OK !

Ça grimpe, ça grimpe !

2ème ravitaillement et c’est reparti, il reste encore un peu plus d’un km de montée avant d’arriver au château. C’est très long et raide mais voilà le château qui arrive, avec son personnel en tenue d’époque pour indiquer le chemin !

Par la même occasion ça veut dire qu’on attaque la descente. ☺ Les jambes commencent à tirer après quelques km de descente, mais je continue à avancer. Ça commence à devenir difficile après le 20ème km, dès que le terrain devient plat, je marche. Et puis le dernier ravitaillement arrive, on y est presque ! Dans les 3 derniers km, je me fais doubler par les premiers mecs du 54km, ils ont fait 30km de plus en une heure de plus mais ils prennent le temps de t’encourager, de te féliciter ! Sortie du bois dernier km, dernière accélération jusqu’à la ligne d’arrivée, je l’ai fait !! 3h48 de course, je me dis tout de suite « l’année prochaine je ferai mieux » !

Je fais ensuite la rencontre de Christelle, qui a fini il y a déjà un moment, on partage nos impressions sur la course et ensuite retour à la maison pour un bon bain chaud et une sieste !!

Christelle, aussi sur le 25km

Début septembre, de retour en Alsace pendant quelques jours pour voir la famille et les amis, j’en profitais pour participer au Trail du Haut-Koenigsbourg. J’avais entendu parlé de cette course il y a un an, donc je l’attendais avec impatience ! La préparation n’était pas vraiment au rendez-vous, mais j’ai eu la chance de me confronter aux dénivelés du sud de la France cet été. La veille de la course, direction Kintzheim ! Un joli village alsacien pour retirer le dossard et le t-shirt technique. Peu de monde, une bonne ambiance et du soleil, la course s’annonce très bien. 🙂

Après une courte nuit et un réveil aux aurores, j’ai rejoint la ligne de départ complètement frigorifiée, accompagnée d’un ami. On sentait doucement l’automne s’installer, adieu l’été. Le drôle d’accent alsacien retentissait partout autour de moi. C’est dans une ambiance conviviale que nous sommes partis à la conquête de la montagne des singes et du château du Haut-Koenigsbourg ! Je suis partie relativement vite, afin de ne pas me retrouver coincée dès la première montée. Que nenni, la course démarra sur un long faux plat dans le village. Il s’en est suivi une belle descente à travers les vignes qui donnait vue sur l’immense plaine d’Alsace. Rapidement, je me suis calée sur un bon rythme.

Très bien entourée !

La forêt succéda aux vignes et nous emmena dans une longue montée via de petits sentiers. Le cardio s’emballa rapidement, mais impossible de ne pas suivre la cadence. J’ai été ravie de me trouver parmi des coureurs de bon niveau, me poussant hors de ma zone de confort. Arrivée sur le premier sommet de la course, je fit une petite pause pour apprécier la vue, avant de m’élancer dans la descente. Je me suis vite retrouvée à l’aise à travers ces sentiers, très adaptés à mon peu d’expérience en trail.

Après une très courte pause au premier ravitaillement, je repartais sur un grand chemin plat pendant quelques kilomètres. Tout cela avant d’entamer l’ascension vers le fameux Haut-Koenigsbourg. Les personnages d’Hansel et Gretel nous attendaient gaiement sur le bord du chemin avec de bons pains d’épices alsaciens pour nous donner du courage ! Gourmande, je pris donc le parti de manger en marchant, histoire d’allier l’utile à l’agréable. 🙂 Finalement, la marche s’avéra être une bonne option afin de s’économiser vu la raideur de la pente. La montée fut plutôt longue, j’en profitais donc pour échanger avec les autres coureurs.

Ravitaillements gourmands : on adapte son rythme !

Après avoir alterné marche et course sur plusieurs kilomètres, le château se présentait enfin à nous. La nouveauté de cette édition : le parcours nous faisait passer dans l’enceinte de la forteresse, où des damoiselles et des damoiseaux nous guidaient. C’était un moment hors du temps. La descente fut une réelle partie de plaisir : c’était très roulant et les jambes étaient au top. De quoi garder le sourire jusqu’au bout de la course ! Après avoir dépassé le 3e ravitaillement, le parcours continuait à descendre et on commençait à entendre les acclamations du public au loin. L’arrivée dans le village ne se fit pas attendre. Très vite, je me retrouvais sur la route pour le sprint final et passer l’arche sous la barre des 3h.

J’étais plus que ravie de ma course, qui ne m’a pas semblée difficile, mais qui m’a quand même permis de me pousser au-delà de mes limites ! Pas de médaille à l’arrivée sur le Trail du Haut-Koenigsbourg. Mais j’ai fait la connaissance de Pauline du Happy Running Crew et un pique-nique avec mes amis m’attendait. 🙂

Communauté de running, pour ceux qui courent par plaisir et avec le sourire !

Pas de commentaire

Poster un commentaire